a-nous-dieu-toccoli
Conférences
frise haut
vide 

Halloween, Fantasmes & Réalités


1er novembre 2001

Historique des débuts à nos jours.


Halloween vient de ALL HALLOWS EVE (veille de la tous-saints),


  • De très vielle tradition celtique : la nuit du 31 octobre, célébrant la fin de la fertilité du sol, devait, pour quelques heures, relier l’autre monde avec le nôtre. Une société secrète de prêtres tenait sous son emprise le monde celte : c’était vers l’an 300 avant J-C. La porte ouvrait sur l’univers invisible et ses forces obscures : le peuple des vivants entrait en relation avec le monde des morts.
  • La légende dit que cette rencontre – Samain, en gaëlique = à la fois le nom de la divinité et l’événement,- avait lieu dans des endroits consacrés par les druides, et mettait en présence les êtres de l’au-delà portés par le vent du NO et les simples humains. Ou bien ils allaient de maison en maison exiger des offrandes, - qui semblent être aller jusqu’à des sacrifices humains, - en échange de protection. D’où l’expression « Treat or trick » = présent ou malédiction.
  • L’âme des défunts revenait cette nuit du 31 octobre au 1er novembre, dans leur ancienne demeure, où les familles avaient préparé un repas à leur intention.
  • Ce banquet rituel qui clôturait la nuit, devait se dérouler sans violence ni querelle.
  • Les Irlandais, héritiers de la tradition, disent que l’habitude de se déguiser, leur a été léguée par leurs ancêtres, les CELTES : autour du feu, allumé par les druides pour guider les esprits, ils s’habillaient d’oripeaux afin que les démons les prennent pour d’autres démons et les épargnent.
  • Les mêmes Irlandais affirment que l’un des leurs, Jack, bon buveur, avait essayé de tromper le diable. Condamné pour toujours à ne gagner ni enfer ni paradis, il dut errer dans le noir, éclairé à la seule lueur d’un tison à l’intérieur d’un navet évidé.
  • Accompagnant aux Etats Unis les immigrants irlandais, Halloween, célébré par le Nouveau Monde, changea le navet en citrouille. Devenue Jack O’Lantern, elle trône sur le rebord des fenêtres, avec ses deux trous à la place des yeux et sa large bouche fendue.

  • Les temps ayant changé, la fête bon enfant est en passe, dans certaines villes des EU, de tourner à l’horreur vraie : vandales et incendiaires se mêlent aux bandes d’enfants joyeux, à qui ont été donnés des bonbons empoisonnés ou des douceurs lardées de lames de rasoir.
  • Aujourd’hui, c’est devenu la fête la plus importante de l’année pour les « satanistes » : le World Book Encyclopedia indique que c’est le commencement de tout ce qui est « cold, dark and dead ». On prétend que cette nuit-là seraient encore pratiqués des sacrifices humains !
  • La violence, ajoutée au marketing imposant des costumes et gadgets à des prix exorbitants, est en train de dénaturer cette fête familiale.
  • Alors qu’elle renaît, authentique et sacrée, dans les pays d’où elle vient : l’Irlande et l’Ecosse. Druides, bardes, anthropologues parlent de morts et d’esprits et d’un moment de communion avec l’autre monde.
  • Dans les pays latins comme la France, Halloween fait une vraie percée depuis deux ou trois ans: on peu s’amuser, se déguiser, se retrouver dans de nombreux cafés ou boîtes de nuit et des animateurs de centres de loisirs organisent des chasses au trésor éclairées à la citrouille pour les enfants.


=== Dysneyland Paris a organisé une soirée spéciale: un passeport magique = 125F donna accès dès 17 heures, à des attractions et spectacles « terriblement » délirants. Tous les jours, pendant une semaine, des ateliers « créatifs » : Spécial Halloween, apprenaient aux enfants à se grimer.

=== Il y a même un magasin spécial Costumes et Accessoires, chez CESAR (liste des points de vente :0142 724 452)

 

Du côté catholique :

  • La Toussaint, le 1er novembre, n’est pas en théorie un jour triste pour les Chrétiens : puisqu’ils honorent tous les saints, connus et inconnus. C’est une grande fête de l’année liturgique, et en France, avec l’Ascension, l’Assomption et Noël, une des 4 fêtes religieuses chômée (fêtes dites d’obligation). Elle a été d’abord célébrée après Pâques et la Pentecôte, afin de manifester la victoire du Christ dans la vie des Saints. Elle fut transférée au 13 mai en 610 par le pape Boniface IV, puis fixée définitivement au 1er novembre en 835 par le pape Grégoire IV.
  • La journée de prières pour les défunts,- le Jour des Morts, confondu très souvent avec la Toussaint, célébrée le lendemain 2 novembre,- a été instituée par Odilon de Mercoeur, un saint auvergnat, qui fut, de 998 à 1048, le cinquième abbé de Cluny.
  • La légenderaconte qu’au retour de Terre Sainte, passant à proximité d’un volcan sicilien, il entendit les cris des démons qui se lamentaient de ce que prières et aumônes leur arrachent les âmes des défunts. Il prescrivit dans ses monastères que, ce jour-là, on prie pour les morts, après avoir fêté tous les saints, la veille.
  • C’est une journée de recueillement, du souvenir, de réunions familiales et de visites au cimetière, dont les tombes sont fleuries de chrysanthèmes.
  • Naguère le Jour de Morts s’accompagnait de superstitions et de tabous. On disait, notamment, qu’
    • il ne fallait pas faire de lessive ce jour-là par crainte de laver son linceul ;
    • ne pas travailler la terre pour ne pas faire œuvre de fossoyeur ;
    • ne pas sortir la nuit pour ne pas faire de mauvaise rencontre ;
    • ou encore ne pas laisser les chevaux dans les champs la nuit de peur que les défunts les empruntent pour les abandonner exténués le lendemain matin.

SIGNIFICATIONS


Tous les traits caractéristiques de ces traditions renvoient à une anthropologie élémentaire :

  • les réalités du temps et de l’espace :
  • le fin des semailles = le jeu VIE / MORT : « Si le grain jeté en terre ne meurt,… »
  • lieux sacrés, la terre : ta kata, Xtonos : l’obscurité de l’Hadès, « là où l’on ne voit plus » = a-orao
  • le vent du Nord-ouest : la direction vers l’Ouest est traditionnellement celle de l’après-vie terrestre (cf. « aller vers les Occidentaux » de l’Egypte pharaonique, (cad le grand désert de Lybie), et qui correspond aux traditions du « Fung Sui » chinois, et asiatique en général = calcul des dispositions du « vent et de l’eau ».
  • les familles : les Lares, chez les Romains ; les Ancêtres, chez les Chinois en particulier, et les Asiatiques en général ; les Saints, dans la tradition chrétienne catholique.
  • le repas : eucharistie, communion des Saints, qui clôture la nuit (qui indique la fin de la nuit, cad la fin de la mort). Quand on se (re)met à manger, c’est qu’on continue de vivre, qu’on (re)vit (cf Jésus à Jaïre et à sa femme, parents de la petite Talitha Koum, qu’il vient de rappeler à la vie : Donnez-lui donc à manger !).
  • la tradition du « déguisement », du théâtre, de la liturgie = « revêtir » le personnage que l’on veut imiter ou chasser. Fonctions prophylactique et purgative du jeu de rôle.
  • la légende de Jack et du feu dans la citrouille : renvoient aux autres légendes
  • d’Orphée et Eurydice aux enfers (mythologie grecque), et
  • de Papageno et Papagena, dans le Royaume de la Reine de la Nuit (opéra maçon de W.A.Mozart),

le feu (dans le navet/citrouille) et la musique (cithare et flûte) sont les attributs d’APOLLON, dieu de la médecine, de la vie et des arts.


  • Mais ici, la citrouille a / est une tête de mort,- symbole du masque d’Halloween : cf. les masques de la série de films « Scream »- et nous fait basculer dans l’HORREUR VRAIE, que relaient LA VIOLENCE ET LE MARKETING, cad le profit.
  • LA QUESTION SERAIT ICI : Pourquoi ces traditions du Nord de l’Europe connaissent-elles un tel succès dans les pays (dits) latins


QUESTIONS
De quoi s’agit dans tous les cas ?

Il s’agit de communiquer positivement avec l’autre monde ;
Et d’éviter les mauvaises rencontres avec les esprits mauvais ;
Bref de communiquer avec la mort sans en devenir le prisonnier !

Chez les Chrétiens,

L’articulation TOUSSAINT / JOUR DES MORTS ;
Avec l’affirmation de la COMMUNION DES SAINTS ;
Et la promesse de la RESURRECTION POUR TOUS
permettent
Une expérience,
Une espérance
Et une conviction,
capables, ensemble, de chasser
fascination
horreur
sacré :
  • tous ingrédients que le paganisme sait fort bien et toujours entretenir (à l’instar des sectes plus ou moins diaboliques),
  • et dont a hérité & qu’a encore conservés l’Eglise Romaine dans moult de ses orchestrations,
où ces 3 éléments prouvent
  • qu’elle n’est pas encore devenue tout-à-fait chrétienne,
  • qu’elle s’est inspirée du paganisme,
  • et qu’elle a de la peine à sortir de la religion pour embrasser définitivement la foi !

LE PAGANISME

  • se base sur la peur « reptilienne » de nos circonvolutions corticales,
  • il se nourrit de rites domesticatoires du sacré,
  • et évolue dans un univers en forme de cercle vicieux ;
  • son économie est
    • répétitive,
    • divinatoire
    • et arbitraire ;
  • sa fonction
    • n’est pas de libérer l’adepte,
    • mais de le maintenir inféodé
    • et de l’exploiter pour sa propre conservation.

POURQUOI LES CHRETIENS DES PAYS LATINS SONT-ILS « ATTIRES » par HALLOWEEN ?
  • parce qu’ils ne sont pas encore (tout à fait) chrétiens (Eglise et membres confondus !), et que les rites,- surtout quand ils sont un peu « extraordinaires »,- et autres « gesticulations » propitiatoires chatouillent « agréablement » son prurit avide de sensations, même frelatées ;
  • parce que les instincts primordiaux de « l’homme d’avant le salut » continuent d’être vivaces, que les situations où le sang, l’horreur et la panique jouent un rôle, l’excitent dans ses dimensions les plus obscures ;
  • parce que cet homme s’ennuie vite de l’harmonie, du silence et de la paix, et qu’il préfère définitivement le chaos, le bruit et la fureur.
HALLOWEEN, - & CONSORTS ! - ONT ENCORE DE BEAUX JOURS SUR CETTE TERRE, ET SURTOUT EN CETTE PERIODE DE GLOBALISATION ET MONDIALISATION !

Plus que tout,
C’est le CULTE DE L’OCCULTE :

période la, plus faste de l’année pour ceux qui prétendent posséder des pouvoirs psychiques, les voyants et ceux qui se disent visionnaires, astrologues, sorciers… Cf le festival de Salem, Ma., et son « événement hanté » programmé !

Le 31 octobre est l’un des 4 plus importants sabbats des sorcières, de l’ancienne religion dite « wicca »

1er Février Fête de la purification de l’hiver et de l’approche du printemps : OLMELC
Populairement connu sous le nom du « ground-hog »,
En l’honneur de BIRGIT, la déesse de la guérison.
21 Mars Equinoxe de printemps
1er Mai Fête de la fertilité : BELTANE
Rites magiques pour favoriser la croissance
21/22 Juin Solstice d’été, le plus long jour de l’année
1er Août Fête des premiers fruits : LUGHNASADH
En l’honneur du dieu soleil, celui qui brille = lughn
23 Septembre Equinoxe d’automne
31 Octobre Nouvel An celtique SAMHAIN ou HALLOWEEN
Le temps de betwixt and between : supersitions & conjurations
21/22 Décembre Solstice d’hiver, le jour le plus court de l’année


Certains symboles païens ou franchement sataniques sont effectivement présents dans Halloween.

  • Jack O’Lantern est une âme damnée
  • La couleur orange et noire sont en rapport avec les messes commémoratives pour les morts qui avaient lieu en novembre : les bougies à cette occasion étaient oranges, et noir le drap qui recouvrait les cercueils
  • Les costumes d’Halloween sont totémiques : têtes et peaux d’animaux, pour en acquérir la force
  • Les processions propitiatoires dans les campagnes (treat) pour éviter le malheur (trick).
  • Les chats, incarnations d’esprits malveillants et amis des sorcières
  • Les « fèves » à l’intérieur des aliments, susceptibles d’indiquer l’avenir
  • Les masques, truchement de la communication avec les esprits

Etc.

frise bas


Retour au sommaire conférences 2001Accueil général conférences

URL :http://www.a-nous-dieu-toccoli.com/conferences/2001/c_halloween_011101.html
Copyright ;:Vincent-Paul Toccoli pour le contenu et Marc Pandelé pour la réalisation
Création : 2004/01/01
Dernière modification : 2004/01/24
Maintenance : webmaster@a-nous-dieu-toccoli.com