a-nous-dieu-toccoli
Conférences
frise haut
vide 
Résumé détaillé de la conférence

« La Parousie ou
La venue du Prince de la Paix »


Centre Baha’ï, Nice
13 JUIN 2002

LE MOT

Dans le monde grec hellénistique, « parousia », de pareinai ("être présent") signifie : "présence", et plus loin, "arrivée", et est employé lors des apparitions des Ptolémées dans les provinces de l'Empire, surtout ex-pharaonique.

LA REALITE

Ainsi ce genre de visiste entraînait des fêtes, l'amélioration de l'environnement et était attendue, dans la région visitée, comme le commencement d'une ère nouvelle.

  1. On érigeait même des monuments ;
  2. On frappait des monnaies jubilaires ;
  3. On instituait un calendrier spécial, de façon à rendre cette visite mémoriale ;
  4. Bien que cela coûtât beaucoup d'argent pour les sujets contribuables de l'empire, ils s'en réjouissaient quand même, car ils lui accordaient un caractère de renouveau et finalement, de salut pour la suite de leur existence, puisque l'empereur, le roi, le maître s'était intéressé à eux ! ;
  5. On en profitait d'ailleurs pour lui présenter demandes et supplications pour améliorer le sort des populations.

SITUATION

  1. Dans l'Ancien Testament, le mot n'apparaît que 4 fois, et seulement dans un emploi profane.
  2. Dans le Nouveau Testament, c/o Paul : très souvent dans les sens profane et religieux ;
  3. Dans les Evangiles, Matthieu l'emploie par ex. lors de l'entrée de Jésus à Jérusalem ;
  4. La 2 P. aussi, mais surtout dans un sens religieux.
  5. Les Lettres Pastorales lui préfèrent le mot "épiphanie".

IMPORTANT

Ce qui est important à retenir, c'est que le mot de plus en plus s'attache à signifier :
le Jour de Dieu, puis le Jour du Fils de l'Homme :

on comprend que, pour le lecteur grec, l'assimilation des 2 mots va provoquer

une identité :

  1. Entre la présence /arrivée de Dieu/Christ ;
  2. Avec la présence/arrivée de l'empereur pour le bien du peuple.

PAUL

Paul

  • utilise cette assimilation de façon systématique pour signifier le retour du Christ,
  • et le met en rapport avec 2 autres mots :
  • "apantésis" = aller au-devant (du Christ qui revient) et
  • "kurios" = le Seigneur, celui au-devant duquel il faiut aller.

Nous assistons ainsi à l'assimilation

  • d'un terme politique (ère ptolémaïque)
  • avec une significatioin religieuse (le retour du Christ ),
  • reliant ainsi la double signification vétéro et néo- testamentaire :
  • cette rencontre entre un terme du monde hellénistique et du monde sémite va rejoindre un autre terme, "apokalypsis", qui indique le moment où tout cela sera "révélé".

APOKALYPSIS

  • Le mot n'apparaît pas dans les Synoptiques, bien que l'arrivée triomphale ou/et le retour triomphal du Christ soit évoqué : 
  • Retour du Fils de l'Homme comme Juge, entouré de ses anges, après que ses adeptes aient témoigné de lui jusqu'en dans la mort.
  • Les paraboles de Mt ne font qu'en parler
  • On parlera de la fin des temps, de l'accomplissement de temps, de l'apocalypse, du Jugement dernier, des Anges rassemblant tous les hommes des 4 coins de l'horizon

(Anges, Puissance, Gloire)

LA JOINTURE

C'est à cette jointure du temps que se joue le jeu suivant :

  • par l'expérience de leur double persécution (et par leurs coreligionaires juifs, et par les Romains),
  • il est inévitable que les judeo- puis pagano-chrétiens s'inspirent de leur existence réelle pour lui appliquer les espérances apocalyptiques
  • qu'ils nourrissent pour la suite immédiate ou plus lointaine
  • et qui se concrétisent fatalement dans la venue/.retour du Christ, puissant, rédempteur et juge.

Fin d'une ère, début d'une autre ère

Jésrusalem et sa destruction deviennent les symboles par excellence

  1. de cette fin et
  2. d'une renaissance
  • en laquelle ils croient
  • et qu'ils attendent de tous leurs voeux.

En fonction des Communautés

Les "évènements" seront rapportés et présentés de façon différente :

  • Luc par exemple va "installer" une période intermédiaire entre la "fin de ce monde" et l'arrivée / retour du Christ" : ce qu'il appelle "le temps des païens".
  • Les visions historiques reçoivent des dénominations qui vont dépendre des "observateurs " : les évènements qui se déchaîneront entre la mort / résurrection de (33) Jésus et la destruction de Jérusalem (70) vont connaître la portée des exactions envers la nouvelle Communauté qui se transforme en nouvelle Synagogue / Eglise,
  • jusqu'à son expatriatrion vers Rome
  • et l'apparition de Paul qui va lui constituer sa première théologie.

En Mt 24 et Mc 13 : c'est le sommet de cette Parousie :

LE JOUR (de Dieu) devient identique

avec PAROUSIE, AVEC LA CONVERSION DES PAÏENS.

NB : La particularité de Paul vient du fait qu'il considère que "certains" connaîtront ce jour de leur vivant!

PALLINGENESIA : re- naissance (du monde)

Cette réalité va occasionner des polémiques : comment, qui, quand etc..

  1. Les réponses de Marthe dans le récit de la "résurrection" de Lazare en sont la preuve (rédaction assez tardive, fin du 1rer siècle) : Jn 11, 23-26.
  2. Thématique paulinienne du "Déjà & Pas encore"
  3. Le livre de l'Apocalypse lui-même, surtout dans ses chapitres 20 & 21, va présenter d'une façon formidable et la mise en scène du Jugement Dernier et la descente du Ciel de la Nouvelle Jérusalem.
frise bas


Retour au sommaire conférences 2002Accueil général conférences

URL :http://www.a-nous-dieu-toccoli.com/conferences/2002/c_laparousie_020613.html
Copyright ;:Vincent-Paul Toccoli pour le contenu et Marc Pandelé pour la réalisation
Création : 2004/01/01
Dernière modification : 2004/01/25
Maintenance : webmaster@a-nous-dieu-toccoli.com