a-nous-dieu-toccoli
Conférences
frise haut
vide 
Résumé détaillé de la conférence

« Le Diable »

Fénelon, Grasse
1er MARS 2002

Le Diable

grec : diabolos (de dia-ballô = diviser, accuser, calomnier) : médisant.
Autre nom de Satan et de tout adversaire du règne de Dieu. Il manœuvre ici-bas et produit une engeance.
Le chrétien doit lui résister.
Il a la puissance de la mort, mais sera détruit !

Les démons

  1. Grec : daimones (du sing. Daimon : être divin, en particulier, dieu protecteur, d'où voix intérieure) : dieux inférieurs malfaisants :
    • Babylone aussi avait une démonologie très compliquée : exorcismùes; désenchantements, déensorcellements. Médecine qui attribuait tous les maux à des esprits mauvais.
    • A Pergame, l'hôpital Aesclepion était un véritable établissement psychiatrique.
    • Les croyances populaires personnifiaient volontiers les puissances cachées derrière les maux de l'humanité et finissaient souvent par les diviniser.
    • L'Ancien Testament utilise toutes ces formes : satyres velus, Lilit la démone des nuits, le démon Azazel, bouc émissaire, l'Ange exterminateur...
    • Après l'Exil à BABYLONE, le clivage se fait entre monde angélique et monde diabolique (Tobie).
  2. Ce sont les païens qui voulaient se concilier ces puissances supérieures et qui ont fini par leur rendre un culte, les considérant comme des dieux : Isaraêl n'était pas à l'abri, qui se prostituaoent uaux faux dieux : idol$atrie. L'univers des démons devenait ainsi un rival de Dieu.
  3. Le Judaïsme tardif a développé une véritable démonologie (les Dominations). Mais il développera aussi l'armée des archanges dont Michel et ses armées, en lutte perpétuelle contre eux, et courant au secours des hommes.
  4. Le Nouveau Testament hérite : les maux sont traités tantôt par le terme de " possession démoniaque ", tantôt par celui de " maladie" : Jésus guérit les " possédés " & expulse les " démons ". Maladie, idolâtrie, enseignement mensonger, prodiges : voilà les œuvres des angers du diable, de l'armée de Satan, dont Jésus triomphe.
  5. Le combat de l'Église : lutte contre toutes formes de magie et les magiciens, l'idolâtrie, la fausse sagesse, lés doctrines démoniaques, les faiseurs de prodiges mensongers. Même Paul attribue son mal mystérieux à un ange de Satan. C'est l'ESPRIT-SAINT qui aidera à discerner les autres esprits. L'Eglise conserve une indicible espérance : Satan déjà vaincu, n'a plus qu'un pouvoir limité; le terme des temps verra sa défaite définitive et celle de tous ses auxiliaires.

DOMINATIONS

Terme générique résumant tout un vocabulaire grec : 

  • Archaï = commencement, chef = autorités, principautés
  • Dynameis = forces = puisssances
  • Exousiaï= autorités, pouvoirs
  • Kyriotères (de kyrios = seigneur)= seigneuries, souverainetés
  • Thronoï (sièges) = trônes
  • Archontes tou aionos, kosmokratores = dominateurs du monde
  • Pneumatika tès ponèrias= esprits du mal
  1. Vocabulaire interchangeable, personnifie en des êtres supraterrestres, quoique non divins, les manifestations multiformes de la puissance attribuée à Satan, prince de ce monde. C e ne sont pas des "mauvais anges" mais des puissances cosmiques, qui, dévoyées, ont besoin d'être réconciliées, assujetties. Elles viennent couvent par paires (force) et s'opposent au salut des hommes, exerçant leur emprise sur les personnes, les institutions politiques, le cours des évènements, la nature et surtout les croyants. On ne peut en distinguer ni la hiérarchie ni la spécificité. Viennent-ils de la croyance juive qui en faisait les maîtres de l'ancienne loi ?
  2. Le NT les déclare toutes " créatures " sans aucune espèce de souveraineté. Elles ont ignoré le plan divin. Le Christ les a destituées et elles lui sont soumises désormais. Le croyant y est certes confronté mais rien ne le séparera de l'amour du Christ.

Satan

  1. hébreu : sathan = adversaire, nom commun, parfois personnifié afin de désigner la puissance réelle qui s'oppose à Dieu et au salut des hommes. Appellations = accusateur, adversaire, Beezeboul, prince des démons, Bélial, la Bête, Diable, dragon, ennemi, homicide, malin, mauvais, menteur, monder, prince de ce monde, séducteur, serpent, tentateur. Il contrecarre le dessein de dieu, c'est l'Antichrist, l'origine du péché, les contrariétés de l'apostolat, la trahison de Judas, la fraude d'Ananie, certaines maladies, l'empire e la mort, l'engeance des menteurs et des homicides, la tentation de pécher. Il s'agit de détourner les hommes de Dieu
  2. le Nouveau Testament illustre la défaite de Satan par le Christ : les Tentations. Le croyant, en choissant Jésus, en triomphe lui aussi. L'Apocalypse en décrit la défaite finale.
  3. Essentiellement Dieu n'est pas l'auteur du mal qui est dans le monder. La personnification satanique permet d'apprécier le combat de la liberté de l'homme face à Dieu qui l'appelle : réalité de la puissance du mal qui nous dépasse.
  • Adversaire du dessein de Dieu sur l'humanité : présenté plutôt comme l'un des anges de la cour de Yahweh, avec fonction d'accusateur public, chargé de faire respecter sur terre les droits et la justice de Dieu... mais avec une volonté hostile, sinon à Dieu lui-même, au moins à l'homme et à sa "justice" (Job) : il s'attend à ce que Job succiombe, il le désire et se réjouit. L'accusateur se transformera peu à peu en véritable adversaire des desseins d'amour de Dieu sur Israël. Le serpent de l'Eden est la présentation la plus complète de tous les attributs de cet être angélique et maléfique à la fois.
  • Adversaire du Christ : c'est l'œuvre du Christ que de le vaincre (He 2,14), détruire ses œuvres (1 Jn 3,8), substituer à son règne celui du Père. Toute la vie publique de Jésus est un combat permanent contre Satan.

Adversaire des chrétiens : le combat pourtant n s'achèvera qu'à la Parousie, " quand Il reviendra ". Le chrétien suivra donc le chemin de Jésus, affronté au " leo rugiens quaerens quem dévoret : cui resistite fortes in fide ". Le chrétien doit choisir : être avec l'un OU avec l'autre. L'Apocalypse, le dernier combat...

frise bas


Retour au sommaire conférences 2002Accueil général conférences

URL :http://www.a-nous-dieu-toccoli.com/conferences/2002/c_lediable_020301.html
Copyright ;:Vincent-Paul Toccoli pour le contenu et Marc Pandelé pour la réalisation
Création : 2004/01/01
Dernière modification : 2004/01/25
Maintenance : webmaster@a-nous-dieu-toccoli.com