Petite ANTHOLOGIE ZEN

concoctée en cours de route : Chapitre 6

CHINUL (1158-1210) (le fondateur de Songgwang sa et de l'École du SÔN/ZEN coréen)

Son mérite essentiel fut de doter la Corée d'une vision syncrétique du Bouddhisme, efficace et durable. Il naquit en une époque de soulèvements politiques et de détérioration religieuse : le royaume de Koryo connaissait toutes sortes de difficultés dont à la fois la crainte de l'invasion et de la guerre civile : le Bouddhisme connut ainsi les déboires du déclin.. Chinul commença sa pratique monastique à l'âge de sept ans, fut reçu comme novice à quinze et à vingt-sept pouvait déjà prétendre à faire carrière dans la hiérarchie. Il y renonça à cause de la corruption qu'il voyait dans l'organisation de l'Église... Il se retira dans la montagne pour pratiquer la méditation. Il n'avait pas de maître : il étudia les Anciens. Il connut trois Éveils distincts : ce fut décisif pour le développement de sa pensée et pour le destin du Bouddhisme en Corée. Ce furent certains passages clés qui provoquèrent ses Éveils : le "Sutra de l'Estrade" de Huei-neng ; "l'Exposé du Sutra de l'Avatamsaka" de Li Tongxuan, et les "Rapports de Dahui". Ce qui lui permit d'établir la parfaite compatibilité entre doctrines scolastiques et la méditation Zen. C'est par sa pratique qu'il devait forger l'harmonie entre les différentes écoles et non par un a priori idéologique. Il avait toujours émis le voeu de fonder une petite communauté de "frères d'esprit", mais il dut attendre 1190 pour y parvenir, à l'âge de trente deux ans. Ils s'installèrent à Kojo sa et s'appelèrent la "Communauté de la Concentration (samadhi) et de la Sagesse (prajna)". Ils restèrent sept ans en retraite, tandis que leur nombre augmentait. En 1200, on arriva au Mont Chogye où on commença de bâtir sur une ruine existant déjà. En cinq ans Songgwang sa était créé. Donnant retraits et enseignements, il écrivit ses deux oeuvres fondamentales : " Extraits sur l'exposé du Sutra de l'Avatamsaka" et "sur le Recueil du Dharma" ainsi qu'un "Manuel Spécial de Pratique". Sa renommée se développa, la cour le reconnut enfin. Il mourut en 1210, pendant une conférence qu'il donnait. Il reçut le titre posthume de Maître National Pojo.

(Buswell 1983 : 168-173)
(Voici un apophtegme qui en dit long sur le travail à accomplir)

Between heaven and earth and within the universe
Is contained a jewel.
It is concealed in the mountain of form.

Entre ciel et terre, au coeur de l'univers,
Se cache un trésor,
Enfoui sous la montagne de la 'forme'.

(Ce qui lui permet de bien situer le coté désorientant de l'exercice, en citant) :

In the mountains covered with a million blossoms
A stroller has lost his way home.

Dans les montagnes couvertes de millions de fleurs
Un promeneur a perdu le chemin du retour.

(Il nous laisse enfin sur la citation suivante) :

During the peaceful dawn, the Hour of the Tiger,
Inside the crazy mechanism hides a man of the path.
He doesn't know that, sitting or lying, it is originally the path. .
How busy he is bearing suffering and hardship.

Dans l'aube tranquille, à l'heure du Tigre,
Au coeur de la machine folle se cache un homme de la voie.
Il ignore, qu'assis ou couché, c'est toujours la voie.
Quel génie il déploie pour s'épuiser à souffrir !

HUANG-PO ( ? - +850)
(Blofeld 1959 : 90)

(dit tout cela d'une autre, et, à mon avis, bien plus belle façon)

Were you now to pratice keeping your minds motionless at all times,
Whether walking, standing, sitting or lying ;
Concentrating entirely upon the goal
Of no thought-creation, no duality, no reliance on others et no attachments ;
Just allowing all things to take their course the whole day long ;
Unknown to the world ;
Innocent of any urge to be known or unknown to others ;
With your minds like blocks of stone that mend no holes,...
Then all the Dharmas would penetrate your understanding through and through.
In a little while you would find yourselves firmly unattached...
Pure and passionless knowledge implies putting an end
To the ceaseless flow of thoughts and images,
For in that way you stop creating the karma that leads to rebirth,-
Whether as gods or men or as sufferers in hell.

Pratiquez-vous un jour
Le repos permanent de l'esprit :
Marchant, debout, assis, couché ;
Pleinement concentré à ne penser,
Ni distinguer, ni associer, ni s'attacher ;
Laissant tout simplement les choses aller leur train
Au long des jours ;
Inconnu du monde ;
Vierge de toute presse d'être connu ou non des autres ;
Et l'esprit
Devenu bloc de pierre et ne comblant nul trou,...
Alors :
L'Absolu tout entier viendra vous pénétrer.
Soudain vous vous verrez fermement libéré...
Le savoir brut et pur demande à mettre fin
Aux incessants courants de la pensée et de l'image ;
Ainsi sera stoppé le karma des naissances, -
En tant que dieu, ou homme, ou damné des enfers.

YUN-CHIA (665-713)
(Buswell 1983 : 248)

(C'est le récit de son Éveil, rapporté par Chinul)

This leisurely man of the path has finished his training and doesn't act,
He doesn't remove deluded thinking, he doesn't seek truth.
The true nature of ignorance is the Buddha-nature,
This void, phantom body is the dharma-body...
The rich Himalayan grass has nothing else intermingled,
The pure cream they produce I consume constantly.
One nature completely penetrates all natures,
One dharma fully contains all dharmas.
One moon universally reflects in all the waters,
All these moons appearing in those waters are merged in that one moon.
The dharmakaya of all the Buddhas enters into my own nature,
My nature reunites with that of all the tathagatas.
One land contains all lands,
It is neither form nor mind nor karmic action.
A snap of the fingers completely perfects the eighty-four thousands teachings.
Three asamkhyeya kalpas vanish in one ksana.

Libre, cet homme de la voie n'a plus à s'exercer, il n'agit plus,
Il ne chasse plus la pensée vaine, il ne cherche plus la vérité.
La vraie nature de l'ignorance est la nature de Bouddha,
Ce vide, corps fantôme, est le corps de la Loi Universelle...
Les riches herbes des Himalayas ne connaissent aucun mélange,
Je consomme constamment leur pure liqueur.
Une seule nature compénétre toutes les autres.
Une seule lune se reflète universellement dans toutes les eaux,
Toutes ces lunes reflétées par ces eaux plongent dans cette lune unique.
La perfection de tous les Bouddhas compénétre ma propre nature,
Ma nature ne fait qu'un avec celle de toutes les 'ainsi-tés'.
Une seule terre contient toutes les terres,
Il n'y a ni forme, ni esprit ni action karstique.
Un claquement de doigt accomplit parfaitement les quatre-vingt quatre mille enseignements.
D'innombrables éons s'évanouissent en une seconde !

LUNG-MEN FO-YEN (1067-1120)
(Buswell 1983 : 310) (Leçon d'un Maître de Sôn)

The mind's light is empty and brilliant,
Its essence free from all partiality or comprehensiveness.
Like golden waves forming, one after another,
Motion and stillness are always Sôn.

La lumière de l'esprit est vide et brillante,
Son essence ne connaît ni morcellement ni assemblage.
Comme la formation successive de vagues d'or,
Mouvement et repos sont toujours Sôn

Whether thoughts arise or thoughts cease,
There is no need to stop them.
In the flow of nonintervention,
How can there be any arising or ceasing ?

Que les pensées viennent ou qu'elles passent,
Nul n'est besoin de les arrêter.
Si l'on se garde d'intervenir,
Comment y aurait-il un quelconque va-et-vient ?

If arising and ceasing are calm,
Mahakasyapa will appear.
Whether sitting, reclining, or walking in meditation,
Sôn is never interrupted.

Si les passages se calment,
Mhakasyapa viendra.
Assis, couché, ou marchant en méditation,
Le Sôn n'arrête jamais.

How can Sôn not be sitting ?
How can sitting not be Sôn ?
If one can understand in this wise,
Only then is it called "sitting meditation".

Le Sôn, n'est-ce pas être assis ?
Être assis, n'est-ce pas cela, le Sôn ?
Ainsi compris,
On l'appelle 'méditation assise'.

Who is it who is sitting ?
What sort of thing is Sôn ?
But if there is still a wish to sit,
It is like using the Buddha to look for the Buddha.

Qui est vraiment assis là ?
Qu'est-ce que le Sôn exactement ?
Mais si l'on désire seulement s'asseoir,
C'est comme si l'on se servait du Bouddha pour chercher le Bouddha !

The Buddha does not have to be sought,
If you seek, he will only be lost.
Sitting is not contemplation on self,
Sôn is not an external technique.

Le Bouddha n'est pas à chercher,
Si vous le cherchez, vous ne réussirez qu'à le perdre.
Être assis n'est pas contemplation de soi,
Le Sôn n'est pas une technique externe.

The beginning mind which is distraught,
Cannot avoid wandering and exchanging bodies.
Consequently, through many methods,
You are taught quiet contemplation.

Au début, l'esprit, distrait,
Ne peut éviter d'errer de çà et de là.
C'est pourquoi, par diverses méthodes,
On vous enseigne la méditation tranquille.

When you sit straight and gather your spirits,
There will at first be disturbances of mind.
After a long time, as the mind becomes dispassionate,
The six senses will become composed.

Une fois assis et ramassé,
L'esprit connaîtra d'abord des remous.
Il faudra bien du temps pour le dépassionner,
Et que s'apaisent les sens.

All manifest from your own mind.
All the senses are tranquillized,
Discrimination will persist within.
Even though discrimination arises,
And it seems as if arising and ceasing occur,
The changes of arising and ceasing

Les sens une fois apaisés,
Le dualisme persistera en eux.
Même s'il s'active,
Et tout fait croire qu'il s'active effectivement,
Ses changements ne sont
Qu'une manifestation de votre propre esprit.

If again you use your own mind,
To look once more within,
In this one time of looking back which has no second,
The round light will appear on the crown of your head.

Si votre esprit à nouveau
Regarde une fois encore à l'intérieur,
En cet instant unique qui n'en connaît point de second,
La lumière ronde luira à la couronne de votre tête.

In this numinous brightness of dazzling brilliance,
All states of mind are unimpeded.
Horizontally it contains (all space),
Vertically it enters (all time),
Birth and death are ended for all eternity.

Dans cet éclat numineux d'aveuglante lueur,
Tous les états d'esprit sont libérés.
Il contient et pénètre espace et temps tout entiers.
Naissance et mort trouvent une fin éternelle.

One drop of transmuted cinnabar,
Dipped into gold, becomes the elixir (of immortality).
The adventitious defilements of body and mind
Have no gate through which to leak in or out.

Une goutte de cinabre transmué,
Trempée dans de l'or, devient de l'ambroisie.
Les aventureux mouvements du corps et de l'esprit
N'ont plus de passage pour entrer ou sortir.

Though you may still speak of delusion and awakening,
Cease all discussion of favorable and unfavorable.

Devriez-vous encore parler d'illusion et d'éveil,
Ne discutez plus de positif ou de négatif.

When you closely consider the events of the past,
Sitting coolly, intent on the quest,
Although (your practice before awakening)
Is no different (from your practice today),
What great confusion it is to think they are the same !

Si vous observez de près ce qui s'est passé,
Tranquillement assis, cherchant attentivement,
Même si vous ne voyez aucune différence (entre avant et après),
Quelle confusion de penser que rien n'a changé !

That ordinary men and saints are included in one ksana-
Nobody can believe it...

Que saint et tout venant se trouvent dans une seule seconde-
Qui peut le croire...

frise bas


Retour au sommaire ANTHOLOGIE |

URL :http://www.a-nous-dieu-toccoli.com/publication/anthologiezen/anthologiezen6.html
Copyright ©  Vincent-Paul Toccoli pour le contenu et Marc Pandelé pour la réalisation
Création : 2004/04/01
Dernière modification : 2004/04/13
Maintenance : webmaster@a-nous-dieu-toccoli.com